lundi 25 juin 2012

Beirut - The Rip Tide (2012)






(c) les charts.com

Un peu de magie et de beauté avec cette petite merveille signée Houmam Abdallah illustrant une belle chanson du groupe américain Beirut. Peut être pas ma préférée de l'album, mais vraiment ce clip est magique, avec sa peinture diluée qui colore le ciel

Pas grand chose à dire d'autre si ce n'est que c'est magnifique



Ca me fait penser au Vieil Homme et la Mer, court métrage d'animation d'Alexander Petrov. Si vous ne connaissez pas et que vous avez une petite vingtaine de minutes devant vous, je vous invite à le regarder, c'est de toute beauté !






mardi 17 avril 2012

Gloria Gaynor - I Will Survive (1978)




(c) lescharts.com


Ce soir, un mythe du disco, une légende de la fin des 70's, souvent reprise, remixée, parfois maltraitée voire martyrisée, voici Gloria Gaynor (Gloria Fowles dans le civil) et son fameux "I Will Survive".

Numéro un des charts partout dans le monde, sauf bien entendu en France : en même temps, il fallait arriver à se faire une place au soleil parmi les productions disco françaises qu'étaient les mastodontes "Born To Be Alive" et les standards des Village People (YMCA, In The Navy"). Donc 2ème au mieux la mère Gloria, mais bon elle a survécu...

Il était prévu à l'époque que ce morceau soit la face B de "Substitute", une reprise des Righteous Brothers. Sont curieux dans leurs choix parfois les producteurs...

Le clip de la chanson, avec 3 lumières, un voile de fumée, une rivière de diamants (tu m'étonnes qu'elle a survécu...) et du patin à roulettes (curieux comme concept)

Comme promis, la face B qui aurait dû être la face A, "Substitute" (pas vilaine, mais bon quand même...)


Et maintenant les cadeaux bonii. Tout d'abord, je vous laisse apprécier la partie violon de Bill Conti pour la Bande Originale de Rocky (on admettra une "très légère" ressemblance)


Mais en fait, la plus grande similitude est à mettre au compte de François de Roubaix (très célèbre compositeur de musique de films des 60's et 70's, et mondialement connu je l'espère pour le générique de Chapi Chapo). Le thème est celui de "Dernier Domicile Connu", datant de 1970 (très bon film de José Giovanni par ailleurs, au moins 20 ans que je ne l'ai point vu)... Pas de François de Roubaix aux crédits de la chanson de Gloria par ailleurs, comme c'est étrange...)


Passons aux reprises et/ou massacres. Tout d'abord Cocorico, avec la merveilleuse Régine. On apprécie à juste titre la francisation du texte et son déhanché (et vive la France hein)

Pour "Je Survivrai" (mais pas forcément ses auditeurs), voyez ici

Je suis magnanime et bon, je vous épargne Larusso (en même temps "Tu M'oublieras, elle avait pas tort)

Passons à la Batavie, avec le groupe Hermès House Band, rendu mondialement célèbre en France par le Stade Français (beurk !!!) en tout premier plan, puis Vincent Candela et l'Equipe de France de Football en 1998 (ô temps glorieux et immémoriaux). C'est ici.

Maintenant, la touche US de bon goût, avec le merveilleux groupe Cake (peut être la meilleure reprise de ce morceau mythique à ce jour)


Et maintenant les petits trucs rigolos. Tout d'abord une petite animation 3D de 1999 que l'on doit à Victor Navone, devenu depuis animateur des magnifiques Studio Pixar


Le petit passage de "Man On The Moon" avec Jim Carrey dans le rôle de Tony Clifton



Et enfin,  le duo Igudesman & Joo, deux musiciens classiques un peu déjantés avec une version que je trouve bien sympathique.


Et puis ce sera tout, mais bon c'est déjà pas mal non ? :)









lundi 16 avril 2012

Herbert Léonard - Pour le Plaisir (1981)


(C) lescharts.com


Oui, hein, ça fait un bail. Je crois qu'on peut même dire un an. C'est fou ce que le temps passe vite quand même.

Bref, fêtons ça avec Herbert Léonard, le chanteur de ces dames, et le tube de la renaissance en 1981, après plusieurs années de traversées du désert. Une rencontre providentielle avec un jeune auteur-compositeur que vous connaissez bien, puisqu'il anime un jeu de culture générale tous les soirs à 18h sur France 3 (mais si, ce jeu avec les fiches jaunes et l'indice chez vous).

Le phénix renaît de ses cendres pour le coup, car paf, Herbert dompte les charts français et sera numéro un pendant 6 semaines avec cet hymne au plaisir, qu'on fredonne toujours un petit coup de temps en temps, soyez honnêtes ;-)

2 captations pour l'occasion : la première, de nuit, lumineuse et venteuse, en costard noeud pap', la grande classe !!



La seconde, en plateau et en live (pas de play-back pour Herbert, c'est un pro)



Puis pour le plaisir (ahah), une rapide prestation du fameux auteur de cette magnifique chanson
(rendons à César ce qui appartient Julien)



Pour être complet, allez faire un tour sur le site d'Herbert, vous découvrirez peut être qu'il est une des références encyclopédiques sur tout ce qui touche à l'aviation soviétique de la 1ère partie du XXème siècle (10 bouquins à son actif).

Voilà, et merci à toutes et à tous pour votre participation en commentaires pour des précisions et/ou rectificatifs. Promis, je m'en vais corriger toutes les approximations que j'ai pu commettre.

Et promis aussi, j'essaierai aussi de reposter quelque chose avant avril 2013.

Soyez heureux ! :)

dimanche 17 avril 2011

Ben Harper - Rock'N'Roll Is Free (2011)

(c) lescharts.com


Pas bien compliqué de me faire plaisir fianlement : un bon morceau avec deux-trois lignes de guitare accrocheuses, un p'tit refrain fédérateur, et en prime un clip animé : Ben, t'es bon, change rien, je t'adore :)

1er single de l'album "Give It Till It's Gone", dans toutes les bonnes crèmeries le 17 mai 2011.



Ben Harper - Rock N Roll Is Free par EMI_Music


En cadeau, un autre morceau de cet album à venir, "Don't Give Up On Me Now"





dimanche 10 avril 2011

Blur - Country House (1995)


(c) lescharts.com


Chanson géniale (je crois que je la préfére encore plus qu'à l'époque de sa sortie), clip marrant comme tout (pasticher Benny Hill et faire des références à Queen dans le même clip c'est pas souvent) : bref un monument de la brit-pop des années 1990, servi à mon sens par son plus beau représentant, la bande à Damon Albarn.

Tiré du merveilleux "The Great Escape", le clip est réalisé par Damien Hirst, un artiste contemporain dont c'est la seule intrusion dans le monde du vidéo-clip (plutôt bien pour une seule fois d'ailleurs).




jeudi 7 avril 2011

Fever Ray - Keep The Streets Empty For Me (2009)


(c) lescharts.com

Mon moment "Inrocks" à moi (ne vous inquiétez pas, c'est excessivement rare chez moi :-)
En même temps, je dis ça, mais si ça se trouve, ils détestent. Enfin bref, j'avoue sans vergogne que je n'accroche pas du tout à ce groupe suédois, projet solo de Karin Dreijer Andersson de son véritable doux patronyme scandinave.

Mais ce morceau là, avec son p'tit leitmotiv métallique au niveau de la percussion, et son clip plutôt bien troussé avec cette petite touche de fin du monde sonnent plus que convenablement à mes esgourdes, pourtant peu adepte du style habituellement. Sus au conformisme, que diantre !

Un clip réalisé par le duo Jens Klevje et Fabian Svensson.




samedi 26 mars 2011

Michel Sardou - Délire d'Amour (1984)


(c) lescharts.com


Ce soir, grand soir pour votre serviteur : je vais enfin voir le grand Michel en concert !!! Fêtons ça dignement avec un petit bijou de 1984, "Délire d'Amour", morceau au rythme synthétique digne de ses meilleures productions des années 1980 (sans doute son album le plus complet de cette décennie là). On retrouve Michel en train de faire le cabotin et le joli coeur, mais sans succès, avec déjà la cravate à moitié défaite (comme quoi ce petit détail vestimentaire ne date pas d'hier).

Après avoir pris un bon paquet de vestes, il s'en va dignement, veste sur l'épaule (on appréciera le petit effort de toréador tout en décontraction également).

On rigole, mais ce morceau se classa tout de même 10ème au Top 50 (il fit même parti des 50 morceaux pionniers du tout premier classement Nielsen-Ipsos cher à Marteau Esca.





En cadeau, une 'tite prestation live à Forest National





Vivement ce soir !!!!!

vendredi 25 mars 2011

The Jacksons - Can You Feel It ? (1980)


(c) lescharts.com

C'est beau, ça sent les FX à la Tron, y a peut être un léger problème de balance avec les bruitages sonores qui bouffent un tout petit peu la bande du disque : m'enfin bon, les frères Jackson qui se posent limite en créateurs et qui grattent la guitare, ça vaut le coup d'oeil quand même.

Un clip réalisé par Bruce Gowers (beaucoup de Queen dans sa vidéographie, dont le bien connu clip de "Bohemian Rhapsody" les amis) et Robert Abel un animateur qui développa de nombreux logiciels dont celui qui permit d'apporter cette touche si particulière à Tron (comme quoi...)







En cadeau (je sais pas si c'en est un d'ailleurs), la reprise de The Tamperer feat Maya en 1999.

Gina G - Ooh Aah... Just A Little Bit (1996)


(c) lescharts.com


Ah, la dance music, c'était rigolo, entraînant, un poil débile, mais au moins c'était fun, bigarré, coloré, loin des mornes et torves daubasses dont la radio nous sert régulièrement la soupe totalement fade et frelatée.

En 1996, la Grande-Bretagne osait envoyer (comme quoi la France n'invente pas grand chose depuis quelques années) une jeune fille et un morceau totalement atypiques : le dance floor n'était pas encore véritablement rentré dans les moeurs de la sacro-sainte émission et qui plus, la petite Gina Mary Gardiner était australienne. Alors bon, l'histoire aurait pu être belle, mais elle ne remporta pas le Concours, mais fût loin d'être ridicule, terminant à une honorable 8ème place.

Alors bien sûr, numéro un partout en Europe, sauf... en France bien évidemment (la fameuse exception culturelle ^^)

Et le clip... ben c'est comme "Push The Feeling On" de Nightcrawlers, on s'habille n'importe comment, et on prend des poses à la con, sauf qu'on est dans un couloir et plus dans un photomaton. Ah les clips de dance, un cahier des charges légendaire :)





En cadeau, la prestation à l'Eurovision, avec chef d'orchestre quand même !






jeudi 24 mars 2011

Echo & The Bunnymen - The Killing Moon (1984)


(c) lescharts.com


Clip magnifique, chanson magnifique de ce groupe anglais originaire de Liverpool toujours en activité. Il s'agit sans doute de leur morceau le plus connu, qui avait été magnifiquement utilisé lors du début de ce film fameux qu'est Donnie Darko (vivement conseillé !)

Le clip a vraiment une esthétique très chouette, par contre j'ai beaucoup de mal à trouver le réalisateur de cette belle vidéo. Anton Corbijn est crédité à la réal. de plusieurs de leurs clips postérieurs... d'ici à ce que ce soit lui...





Issu de l'excellent album "Ocean Rain" sorti en 1984, et dont l'écoute intégrale vous est chaudement recommandée :)


Kim Wilde - You Keep Me Hangin' On (1986)


(c) lescharts.com


Il fait sombre, l'atmosphère est un poil oppressante, le vent s'engouffre à travers la porte et les papiers volent, tandis que résonnent au loin quelques notes de synthés : y a pas de tromperies, nous sommes bien dans les années 80.

Un clip et un morceau qui m'ont marqué : je me revois très bien faire l'avion sur le vieux canapé d'angle marron du salon quand j'étais gosse (en même temps, je faisais l'avion un peu tout le temps à cette époque...). Bref, une excellente reprise de la belle Kim, qui atteint tout de même une honorifique 19ème place dans les charts français en février 1987.





Une petite captation play-back télévisuelle en prime (le groupe donne tout, j'aime beaucoup !)





Et puis pour être complet bien sûr, l'originale de Diana Ross et ses copines en 1966.





Plus une version que j'aime énormément, celle des New Yorkais du groupe Vanilla Fudge, et cette excellente reprise psyché de 1968 (merci Youtube !)





mercredi 23 mars 2011

Bruce Springsteen - Dancing In The Dark (1984)


(c) lescharts.com


En 1984, la Bossmania déferle sur le monde entier (bon, à part en France, bien sûr, où le titre ne se classera qu'à une malheureuse 30ème place). Avec l'album "Born In The USA", Bruce Springsteen envahit les ondes avec des morceaux rocks FM du meilleur goût et d'une efficacité rares (7 singles tout de même, ce qui est honnête sur un album de 12 morceaux).

"Dancing In The Dark" reste dans les mémoires, car il s'agit sans doute de la première tentative de la part de Bruce de s'illustrer dans l'exercice si particulier du scopitone. On ne peut pas parler ni de franche réussite ni d'une originalité extraordinaire, car faire du play-back filmé devant une audience type concert, on a déjà vu plus novateur... Et en plus Bruce n'a pas l'air terriblement à son aise.

Un clip qui a surtout un nom assez ronflant à la réal., un certain Brian de Palma (dont on ne reconnaît pas forcément tout de suite les principales qualités) et qui fût l'occasion pour la toute jeune Courteney Cox de montrer son joli minois (il lui a fallu quand même 10 ans pour éclater au grand jour avec Friends...).




En cadeau bonux, une superbe prise alternative, avec bretelles intégrées, toujours réalisé par Brian de Palma : il aurait été vraiment champagne de faire de cette vidéo un clip officiel.





Plus une petite version live, car Bruce en live, y a que ça de vrai : reviens nous voir Bruuuuuuuce !!!





Il y a plein de covers toutes molles de ce morceau (Pete Yorn, The Temper Trap, Teagan & Sara, Amy McDonald...) dont je vous fais grâce : alors oui, je vous l'accorde, une chanson avec des paroles assez sombres comme celle-ci pourraient se prêter à un rythme mollasson et mou du genou... mais non ! Et puis d'abord, on oublie pas impunément la petite touche de saxo de Clarence Clemons, non mais !


Hervé Vilard - Reviens (1980)


(c) lescharts.com

Ayé !!!!!! J'ai récupéré un ordi digne de ce nom (enfin j'espère), donc retour aux affaires avec un très grand tube (de circonstance) de l'ami René Villard, plus connu sous le pseudonyme d'Hervé Vilard (un L en moins dans le patronyme et un changement de prénom, c'est vrai que c'est tout de suite beaucoup plus sexy).

Un titre dans la grande lignée de ses tubes "Nous", et "Méditerranéenne", composés par le fidèle compagnon transalpin Toto Cutugno, et avec des paroles de Didier Barbelivien.

3ème dans les charts français de cette belle année 1980, et avec des captations télévisées de toute beauté. Je vous laisse également apprécier la version allemande "Komm Doch", dans la plus pure tradition des adaptations en langue étrangères de l'époque (en même temps, avec les daubes qu'on nous sert aujourd'hui, c'est pas plus mal que ça ne se fasse plus...)







Back in Business Again ! :)


dimanche 19 septembre 2010

Aznavour Pour l'Arménie - Pour Toi Arménie (1989)


(c) lescharts.com


Le 11 février 1989, c'est une grande première qui marque l'histoire du Top 50 version Canal. En effet, jamais aucun titre n'était venu se classer directement numéro 1. C'est chose faite avec Charles Aznavour et toute sa troupe pour rendre hommage aux innombrables victimes du séisme ayant touché l'Arménie encore Soviétique à cette époque là, en décembre 1988.

Dans la grande lignée de la chanson humanitaire française, à l'instar des Chanteurs Sans Frontières ou des Restos du Coeur, un large panel de célébrités va venir donner un peu de son temps suite à l'appel du grand Charles : des chanteurs et chanteuses bien sûr, jeunes ou moins jeunes, vedettes éphémères (Animo, Kimera, Rachid,...), stars confirmées (Michel, Eddy, Johnny, Renaud, Dick, Adamo, Serge Lama...), baby stars (Florent Pagny, Vanessa Paradis,...). On y trouvera également des acteurs (Jacques Weber, Pierre Richard, Robert Hossein, le célèbre couple de Maguy, Rosy Varte et Jean-Marc Thibault), et des animateurs (Patrick Sabatier, Michel Drucker et Jean-Pierre Foucault).

Bref, du beau, du très beau linge, pour une mise en scène parfois un tantinet ridicule, et qui prête parfois à rire (le quintette Mireille Mathieu- Herbert Léonard-Images est assez exceptionnel)... et que dire du duo Johnny-Eddy qui minaude et beugle plus que de raison (ce "Oh Arménie" lancé par Johnny à la fin du morceau est également d'un bon goût totalement prononcé je trouve).
Heureusement, certains artistes demeurent d'une sobriété qui sied un peu plus à ce genre de message.





Mais cela n'enlève rien à l'intention de départ qui est à saluer : les Français achèteront en masse ce 45 Tours, puisqu'il demeurera 10 semaines en tête, et ce malgré une pochette pleine de coquilles (Félix Gray et Véronique Jannot auront apprécié à l'époque je pense...)

En cadeau, veuillez trouver ci-joint deux autres morceaux sortis dans la même mouvance ; tout d'abord une reprise de Marvin Gaye signé du collectif Life Aid Armenia (on y reconnaîtra notamment Boy George et David Gilmour...






Puis une reprise de Deep Purple avec le Rock Aid Armenia (avec Roger et Brian de Queen, encore David Gilmour, Ian Gillan et Ritchie Blackmore de Deep Purple, Tony Iommi de Black Sabbath, Paul Rodgers, Bryan Adams et l'inénarrable Bruce Dickinson, le fabuleux aviateur-bretteur-chanteur d'Iron Maiden)





10 semaines plus tard donc, Charles Aznavour laissera sa place à un mégamix d'un bon vieux groupe Disco, encore une grande première...

To Be Continued...

PS : ah oui, et celui qui n'a jamais compris "ALAAAASKAAAAAA" à la fin du morceau me jette la première pierre ^^ (en fait c'est Hayastan, qui veut dire Arménie...)



dimanche 12 septembre 2010

David Hallyday - High (1988)


(c) lescharts.com


Début 1989, c'est le fiston Smet, batteur de son état originel, qui prend le pouvoir et les rênes du top 50, pour une durée de 5 semaines.

"High" c'est plein de vieux souvenirs ; un David braillard assis au piano, une ambiance gospel avec cette colombe magnifique qui volète aux quatre coins de l'édifice religieux... Bref, beaucoup mieux que la Vilaine Fermière qui l'avait précédé.

Le début de la gloire pour le fiston Hallyday, qui après une carrière de batteur anonyme et d'acteur aux States très confidentielle, réussit avec un album entièrement en anglais - "True Cool" - à devenir prophète en son pays... Chapeau à lui... (j'ai une certaine sympathie pour ce garçon qui demeure avec Shola Ama mon 1er artiste vu en live..., vive les podium Ricard-NRJ gratos ^^)









5 semaines en tête, une belle perf' qui sera brutalement stoppée par un collectif humanitaire qui déboulera directement à la place de number one, du jamais vu dans ce classement jusqu'alors...

To Be Continued...


dimanche 5 septembre 2010

Yves Rénier - P.C.V. (1986)


(c) bide-et-musique.com


Il commence à r'gretter
D'avoir accepté
Le PéCéVééééééééééé

Petit instant purement magique de 1986, avec ce texte parlé mis en musique à grand coup de feeling et de trompette... La voix très mâle et suave d'Yves "Moulin" Rénier nous narre un coup de fil nocturne très particulier entre lui et l'actrice Goldie Hawn, juste avant que la bougresse ne le quitte pour le grand Kurt Russell... Les Français ne peuvent pas gagner à tous les coups...

Mais quoi qu'il en soit, on remarquera les prouesses sémantiques d'Yves en matière de jeux de mots exceptionnels ("ça donne à rafraîchir", "L'oeuf en gélée"...), et cette classe toute française d'accepter un PCV qui va lui coûter bonbon, alors qu'il est en plus en train de se faire larguer.

Dommage, le clip est introuvable, mais il semble bien avoir existé (dans l'attente d'une âme charitable et généreuse ;)
Edit du 06/04 : un grand merci à Petitex pour avoir mis la main sur cette pépite merveilleuse ! :)



Quel gentleman, ce Yves !

Il doooooooooooort !!!


Mylène Farmer - Pourvu Qu'Elles Soient Douces (1988)


(c) lescharts.com


Le 3 décembre 1988, l'année se termine comme elle a commencé au sommet du Top50 avec un titre et un clip que je n'aime pas du tout... Mylène Gautier, native du Québec mais chanteuse française à part entière, accède au trône avec un nouveau clip à l'allure de court-métrage signé de son fidèle mentor Laurent Boutonnat.

Je n'enlèverai rien aux qualités intrinsèques de la réalisation du clip, on sent qu'il y a des moyens, et qu'ils se sont justement donnés les moyens de leurs ambitions (500 figurants et 3 millions de francs de l'époque, c'était une somme). Après, les pseudos histoires de fesses de la Vilaine Fermière, ça m'a toujours gentiment facilité le transit intestinal, pour rester poli... Mais après tout, elle avait déjà montré la voie avec Libertine, autre pierre angulaire du clip farmeresque de l'époque (et du clip des années 80 tout court, il faut bien le reconnaître...).

Je n'ai trouvé qu'une version courte de 8 min, la version complète faisant tout de même ses 17 minutes...





Issu de l'album "Ainsi Soit-Je", le titre restera 5 semaines en tête et clôturera les classements de l'année 1988, qui fût vraiment à titre personnel une année bien médiocre musicalement parlant. Heureusement l'année 1989 sera d'un autre tonneau, commençant d'entrée de jeu par l'arrivée du fiston d'un grand nom français...

To Be Continued...


dimanche 29 août 2010

Paco - Amor De Mis Amores (1988)


(c) lescharts.com


Le 29 octobre 1988, nos deux vrais-faux tourtereaux Elsa et Glenn sont détrônés par un morceau à haute teneur hispanique, reprise d'un standard péruvien (ou argentin ça dépend des sources...) "Que Nadie Sepa Mi Suffrir", qui fût adapté un peu plus tard et popularisé en français par la grande Edith Piaf, que le monde entier nous a toujours envié, sous le titre de "La Foule".

Alors pour rendre hommage à l'originale et à la version française, quoi de mieux que de la réinterpréter en espagnol par un français ? C'est en effet François Berthelot, homme de radio français, qui se cache derrière ce court pseudonyme de Paco. Chapeau à lui et à ses producteurs d'avoir eu cette idée lumineuse, car le titre restera tout de même 5 semaines tout en haut des charts français, ce qui pour une reprise est une bien belle performance (enfin je dis ça, mais Los Lobos et Glenn Medeiros avaient déjà fait parlé la poudre en reprenant un standard).

Bref, un tube et un seul, la carrière de Paco fût vraiment de courte durée. Le clip est un long travelling ininterrompu de 3 minutes, quelque chose d'assez original d'ailleurs dans la production clipesque de l'époque. Dernier détail franchouillard, nous ne sommes pas en Espagne, mais devant un mur de Vitry, dans le Val-De-Marne.









François "Paco" Berthelot cèdera son poste début décembre à une Québécoise d'origine, dont les cheveux roux et le goût de la provoc' ont marqué la fin des 80's de manière durable (et ça continue encore aujourd'hui d'ailleurs...)

To Be Continued...

samedi 28 août 2010

Scott Grooves feat. Parliament & Funkadelic - Mothership Reconnection (Daft Punk Remix) (1998)


(c) lescharts.com


De tous les bons coups les Daft Punk en cette fin de XX ème siècle, avec ce remix hautement énergique d'un bon vieux morceau de Parliament, groupe de funk US drivé notamment par George Clinton et Bootsy Collins.

Un titre qui m'avait bien chauffé le casque en cette fin d'année 1998 ; je situe souvent ce morceau comme un des chants du cygne de la programmation de Fun Radio grande époque, avant qu'on n'y entende que de la bouillie groove & dance.

Le clip hautement sympathique pour l'époque et riche en 3D, est l'oeuvre d'un petit français nommé Seb Caudron.



Scott grooves "Mothership reconnection" par nicobus







dimanche 22 août 2010

Elsa & Glenn Medeiros - Un Roman D'Amitié (1988)


(c) lescharts.com


Le 17 septembre 1988 se produit quelque chose d'inédit dans l'histoire du top 50, mais au final très prévisible : l'avènement d'un duo de deux anciens numéros 1 qui, en conjuguant leurs efforts, décrochent également la timbale. Ces deux de la musique des 80's, ce sont Elsa et Glenn Medeiros, respectivement 15 et 18 ans au moment des faits.

Car oui, la grande question de l'époque était sur toutes les couvertures des Star Club et OK Podium de l'époque "Elsa et Glenn sortent-ils ensemble ?". A priori, on s'en tamponnait quelque peu le coquillard si vous me passez l'expression, il faut surtout dire bravo aux producteurs d'avoir senti le bon filon pour faire vendre et de la galette, et du journal avec les p'tits loups.

La chanson en elle-même répondait totalement au cahier des charges du slow de l'été, aussi bien dans le son, les paroles un tantinet mièvres (si on écoute bien d'ailleurs, Glenn peut vraiment se l'accrocher derrière l'oreille pour le coup..., sympa Barbelivien pour les paroles ^^), et une imagerie dans le clip faite de sourires béats, de ballades par tous les moyens de transports possibles et imaginables, et une garde de robe très particulière pour Glenn (chaussures blanches et pull sur les épaules...). Bref, on rigole bien quand même !





En cadeau bonux, la version full english, "Love Always Finds A Reason"





Ce petit manège de vrai-faux semblant durera 6 semaines, avant qu'un vrai-faux espagnol ne s'empare de la couronne avec une reprise d'Edith Piaf, qui avait elle même repris un classique de la musique de l'Amérique du Sud

To Be Continued...